La mousse doit rester dans les bois | Mosmonster

La mousse doit rester dans les bois

Il y a la MOUSSE et puis les ALGUES.  


Les MOUSSES sont de nombreuses petites plantes (à spores) qui poussent les unes contre les autres en grande quantité. Comme vous l’avez sans doute déjà vu, les mousses semblent ne pas avoir de racines ! En fait, la mousse n’a que de très petites racines (les rhizomes) et celles-ci servent principalement à se fixer au sol sur lequel elles poussent. Le vent disperse les graines de mousse partout, y compris sur le toit et les tuiles, les murs... Comme la mousse a principalement besoin d’eau et de très peu de soleil, la mousse s’accumule surtout dans les endroits les moins ensoleillés. Cela entraîne bien sûr le problème de l’accumulation de l’humidité à certains endroits, ce qui provoque à son tour des moisissures. 


Différents types de mousses :


 1) BRYOPSIDÉES   


 - LICHENS DE SURFACE 

  • Sont souvent très proches les uns des autres. 
  • Ils se protègent ainsi du dessèchement. 
  • Ils forment des mottes (groupes de plants de mousse très serrés)   
  • Des coussinets (les plants de mousse sont très proches les uns des autres)  
  • Du pollen (petits coussinets)        

Les lichens de surface sont parfois des plantes solitaires. 


Dans les lichens de surface, la capsule de spore se développe à partir du sommet du plant de mousse. Autres caractéristiques des lichens de surface :  

  • Les tiges sont non ramifiées et recouvertes de feuilles. 
  • Les plantes sont verticales.   


Apparence trompeuse 

Pour éviter le dessèchement causé par un soleil intense, la sécheresse ou un vent coupant, les mousses ont développé différentes stratégies de survie.  

Comme mentionné ci-dessus, elles poussent souvent à proximité les unes des autres, afin de mieux retenir l’humidité.  

De nombreux lichens, comme les petites plantes en forme d’étoiles, se ratatinent en cas de sécheresse. En été, n’hésitez pas à les arroser. Des mousses apparemment mortes peuvent très vite reprendre vie !  

Les espèces telles que les Polytrichum et les Pogonatum aloides (mousses acrocarpe) ne se ratatinent pas, mais pressent leurs lames de manière rigide contre la tige pour éviter l’évaporation.  

Certaines de ces mousses ont un poil vitreux. Il s’agit d’un long point blanc à l’extrémité de la feuille qui réfléchit la lumière du soleil et prévient ainsi le dessèchement. 

L’apparence de la mousse change fortement en raison de cette réaction à la sécheresse. Il faut être vigilant !    


Forme des feuilles

Les feuilles des lichens de surface sont souvent de forme foliaire à triangulaire, mais il existe de nombreuses exceptions à cette règle. Cette observation ne vous aide donc pas beaucoup.  


Où ?

Les lichens de surface sont les pionniers, ils apprécient un peu de lumière et résistent bien à la sécheresse. On les trouve donc souvent sur des terrains ouverts et dans le sable sec.    


Quelques lichens de surface 

Astrophytum myriostigma, Plagiomnium undulatum, Dicranum scoparium (dicrane en balai), Barbula convoluta (tortule enveloppée), Orthotric, Bryum capillare, Ceratodon purpureus, Dicranoweisia cirrata, Grimmia pulvinata, Syntrichia ruralis (est l’une des mousses les plus communes dans les dunes. Ils poussent sur des sables et graviers calcaires secs et ensoleillés)               


- BRACHYTHECIACEAE   

forment un tapis :  

Elles s’étalent comme un tapis sur le substrat. Parfois, plusieurs couches se superposent. 


Ces mousses ne se tiennent pas debout, mais reposent plus ou moins à plat sur le substrat.  

  • Les capsules de spores se forment latéralement à partir de la tige, et non pas à partir du sommet.  
  • Les Brachytheciaceae trouvent leur chemin en rampant sur le sol.  
  • Les plantes sont ramifiées. La façon dont elles se ramifient est un critère de détermination important.    


Mode de ramification 

Généralement, la tige est ramifiée de façon irrégulière, avec des branches latérales parsemées. Mais il y a aussi des mousses clairement pennées : dans ces variétés, les branches latérales sont régulièrement espacées et se trouvent dans un plan plat. Les branches latérales sont parfois aussi ramifiées. Dans le cas des Hylocomium et des Thuidium, il y a plusieurs couches de tiges ramifiées les unes au-dessus des autres. Quelques Brachytheciaceae poussent verticalement. La plus connue est la Rhytidiadelphus.    


Feuilles sur tout le pourtour ou comme une double rangée de feuilles, aplaties.  

Les Brachytheciaceae sont feuillues sur tout leur pourtour. Il y a cependant des exceptions, ces mousses semblent avoir deux rangées de feuilles, car la plante est aplatie.    


Forme des feuilles 

Les feuilles des Brachytheciaceae sont généralement triangulaires. La nervure atteint souvent le sommet, mais peut aussi se terminer bien avant le centre de la feuille ou même être totalement absente ou courte et double.   


Quelques Brachytheciaceae : 

  •  Brachythecium rutabulum 

 L’une des Brachytheciaceae les plus courantes est la Brachythecium rutabulum. La Brachythecium rutabulum n’est pas très exigeante et pousse partout : dans les pelouses, les jardins, les bords de route et les bois, sur le sol, l’écorce ou la pierre, peu importe ! La Brachythecium rutabulum forme facilement des capsules. On voit donc souvent dans la forêt des troncs morts qui sont en grande partie recouverts d’un tapis brun-rouge. S’il y a une capsule (et il y en a presque toujours une), vous pouvez sentir si elle est rugueuse. La Brachythecium rutabulum se reconnaît avant tout à sa « grosse tête blanche ». Mais selon les conditions météorologiques, elle n’est malheureusement pas toujours facile à reconnaître. 


  •  Hypnum cupressiforme (hypne cyprès)  

Elle est très répandue et pousse en fait partout. Tout comme la Brachythecium rutabulum, elle forme facilement des capsules. La capsule est toutefois lisse. Le sommet présente un long « bec ». L’Hypnum cupressiforme peut présenter différentes formes.     


- SPHAIGNES 

Les sphaignes présentent une structure différente. Elles grandissent proches les unes des autres et forment des coussinets ou des mottes. La tige est droite et présente des branches latérales qui se rassemblent en faisceau. En général, deux ou trois branches par faisceau pendent le long de la tige et trois ou quatre se détachent. La feuille des sphaignes ne présente pas de nervure. Il y a une différence entre les feuilles des tiges et des branches. Dans les champs, vous pouvez regarder  


  • Forme des feuilles 
  • Dents 
  • Bord des feuilles recourbé ou non 
  • Brillance et couleur 


 Mais il faut généralement utiliser un microscope pour identifier l’espèce. Certaines sphaignes se reconnaissent à leur couleur. Une décoloration intervient généralement à l’automne.  


 2) HÉPATIQUES OU MARCHANTIOPHYTES    

 - HÉPATIQUE À FEUILLES 


Les hépatiques à feuilles présentent une tige avec des feuilles et forment des tapis. Elles s’attachent souvent au substrat. La tige des hépatiques est feuillue des deux côtés, les feuilles sont dans un seul plan. Les feuilles peuvent arborer toutes sortes de formes :  


  • Bord de la feuille, feuille plissée, feuille ronde à elliptique 
  • Feuille à deux têtes 
  • Feuille avec plus de deux lobes 
  • Feuille composée : avec un lobe inférieur et un lobe supérieur 


Ces principales formes peuvent être lisses, dentelées, bosselées, etc. De nombreuses hépatiques à feuilles ont une sous-feuille. Cette feuille a souvent une forme particulière. Un exemple d’hépatique à feuilles est la Lophocolea heterophylla.     


 - HÉPATIQUE À THALLE 

 Elles n’ont pas de branches avec des feuilles, mais des lobes. Un exemple bien connu d’hépatique à thalle est l’hépatique des fontaines.   


3) ANTHOCÉROTES  

 Elles ressemblent un peu à des hépatiques à thalle et sont rares.  


 « ALGUES » est un terme collectif désignant un grand groupe d’organismes divers. Les algues que l’on voit souvent sur les toits, les tuiles et les murs sont généralement des plantes unicellulaires. La plupart des espèces d’algues vivent dans des environnements aqueux, mais on les trouve aussi sur des surfaces pierreuses, sur l’écorce des arbres et en symbiose avec des champignons. Ce sont des lichens. Comme les mousses, les algues ont aussi des rhizomes pour s’attacher à leur environnement. Elles se contentent de beaucoup d’eau et de peu de soleil !  En principe, les algues n’affectent pas immédiatement votre toit ou vos tuiles, mais elles donnent surtout une moins bonne impression et retiennent la poussière.  Les algues et la poussière sont le substrat idéal pour le développement des mousses ! 

Et le résultat, bien sûr, c’est encore de la moisissure ! 

https://mosmonster.be/fr/advies/pas-de-stress-avec-un-plan-dentretien

cune influence en la matière. Toutefois, les matériaux plus poreux sont plus sujets à la formation de mousse. Il est conseillé de faire régulièrement démousser sa toiture, vous êtes alors à la bonne adresse chez Mosmonster ! 

Nous proposons également un plan d’entretien, ne ratez pas cette opportunité. Voici le résultat : un toit propre sans souci ni stress. 


Les mousses parlent à l’imagination et sont belles, mais elles doivent rester dans les bois. 


 Pour obtenir des conseils sans engagement ou un devis, appelez-nous gratuitement au 0800 15 999. Nous vous aiderons rapidement.   

           

Ander advies

Partagez cette page